Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2010

SOCIETE : La jeunesse sacrifiée

JEUNES : UNE GENERATION PERDUE ?

manifn3.JPGDans son dernier rapport, l’OIT pointe le lien entre le chômage massif des jeunes et la hausse de la criminalité.

Attention, risque de « génération perdue ». C’est un cri d’alarme que vient de lancer l’Organisation internationale du travail (OIT). Son dernier rapport, publié le 12 août, consacré aux « Tendances mondiales de l’emploi des jeunes » révèle l’ampleur des conséquences de la crise sur les jeunes générations.

Il vient aussi à point nommé pour nourrir le débat politique sur la sécurité. Avec 81 millions de sans-emploi parmi les 620 millions de jeunes économiquement actifs, âgés de quinze à vingt-quatre ans, soit un taux de 13 %, le chômage des jeunes dans le monde a atteint, fin 2009, son plus haut niveau jamais enregistré. Et il devrait continuer d’augmenter en 2010, pour atteindre les 13,1 %, contre 11,9 % en 2007.

 Dans les économies développées et de l’Union européenne, le chômage des jeunes atteint 17,7 %, en hausse de 4,6 % sur 2008.

L’OIT met en garde contre « le risque d’une génération perdue, constituée de jeunes gens qui sont totalement détachés du marché du travail et ont perdu tout espoir de pouvoir travailler pour gagner décemment leur vie ». Les jeunes « font toutes les démarches, mais les portes se ferment devant eux », souligne Sarah Elder, coauteur du rapport. L’OIT met en relief les lourdes conséquences du phénomène. « Les sociétés perdent leur investissement dans l’éducation.

 Les États manquent de contributions aux régimes de sécurité sociale tout en étant contraints d’augmenter les dépenses d’aide sociale. » « Les jeunes sont les moteurs du développement économique, a déclaré le directeur de l’OIT, Juan Somavia. Renoncer à ce potentiel est un gâchis économique qui peut saper la stabilité de la société. » Le rapport souligne en effet que « l’incapacité à trouver un emploi génère un sentiment d’inutilité et de désœuvrement parmi les jeunes qui peut provoquer une hausse de la criminalité, des problèmes mentaux, de violence, de conflits et de drogue ».

 Avis à tous ceux qui se livrent à une surenchère sécuritaire, en prétendant ignorer le contexte économique et social de la montée de la délinquance. À l’image, ce week-end, de Christian Estrosi, qui s’en prenait aux municipalités de gauche accusées de laxisme. Manière, pour le ministre de l’Industrie, de faire oublier sa lourde responsabilité dans la destruction de 250 000 emplois par l’économie française en 2009. Soit autant de portes fermées devant les jeunes de l’Hexagone.

Yves Housson, l'Humanité

16:30 Publié dans Jeunesse, PCF EVRY, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeunesse, chômage | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.