Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2015

Souad Massi met en lumière les poètes arabes

saoud.jpg

Avec le somptueux CD El Mutakallimun(les orateurs), la douce diva algérienne répond à la stigmatisation islamophobe 
par la puissance et la beauté du verbe.

Audacieuse, Souad Massi a autoproduit et réalisé le splendide disque El Mutakallimun (les orateurs), consacré à de grands poètes arabes de l’ère préislamique à nos jours. Comme en écho aux insurrections populaires qui ont éclaté dans des pays arabes et maghrébins, elle a porté son choix sur des auteurs contestataires ou anticonformistes, qui ont inscrit la poésie arabe en lettres d’or dans le patrimoine culturel universel.

Une initiative pertinente, visant à mieux faire comprendre la richesse et la subtilité de cette culture, alors que la stigmatisation touche de plein fouet les musulmans.

« Quand on connaît une culture, on appréhende plus justement les gens qui lui sont liés, nous confie la douce diva algérienne. Avec cet album, j’ai souhaité fournir des clés de compréhension et partager la sérénité que me procure la poésie. Quand je ne vais pas très bien, je lis des poèmes.

Les savants et les poètes nous lèguent un héritage auquel nous avons tous droit, même si nous sommes pauvres. Mais il faut pouvoir y accéder. À travers El Mutakallimun, j’ai voulu transmettre des chefs-d’œuvre, sources de bonheur et de réflexion. » Dès la première plage, elle offre sa voix à De quoi me réjouirais-je, d’Al Mutanabbi (Xe siècle), considéré comme le plus grand poète de tous les temps : « De quoi me réjouirais-je ? Je n’ai ni famille ni patrie / Ni ami fidèle ni vin ni le moindre confident / Qu’ai-je à espérer de mon époque ? »

Envolées de luth oud

Souad Massi met en lumière la saisissante actualité de ce corpus. Elle rappelle : « Al Mutanabbi a osé prétendre qu’il était le Prophète et a été assassiné à l’âge de cinquante ans. » Son nom, Al Mutanabbi, signifiant « celui qui se dit prophète », lui avait été attribué, quand, enfant, il affirmait que le ciel lui dictait ses vers. Lui qui a scandé ses premiers textes alors qu’il avait à peine dix printemps allait déclencher une rébellion sept ans plus tard et payer de sa vie sa langue affranchie.

On lui doit, aussi, le Cheval et la Nuit, où il profère, sans peur et sans reproche : « Je m’endors à poings fermés laissant libres mes rimes (…) / Vos actes répugnent aux lois de l’hospitalité. »

Disponible dans la version d’un boîtier simple (incluant toutes les traductions), le CD existe en outre sous la forme d’une présentation plus luxueuse : le livret de 32 pages contient des calligraphies (de Mohamed Bourafai), qui reproduisent, pour chaque poème, à la fois l’ensemble des vers et, par la forme du dessin, le thème abordé. Pour le Cheval et la Nuit, il s’agit précisément d’une calligraphie en forme de cheval. Ce travail éditorial somptueux ajoute une incontestable valeur à l’objet disque.

Souad Massi revisite deux bijoux d’Ahmed Matar, poète irakien (né en 1954), que sa critique sociale a contraint à un long exil. Dans Ayna (visite), il évoque la disparition soudaine d’un ami qui avait demandé à un dirigeant : « Votre Excellence votre Excellence / Où est le pain où est le lait / Et la garantie du logement / Où est l’emploi pour tous / Et la gratuité des soins ? »

La fine fleur des musiciens participe à la réussite de l’album : deux complices de longue date, Jean-François Keller (guitare) et Rabah Khalfa (percussions), Jean-Philippe Rykiel, peintre des claviers, l’éminent tandem rythmique formé par Mokhtar Samba (batterie) et Guy Nsangué (basse), etc. Folk, pop, fragrances africaines, délectables envolées de luth oud ou de banjo, pulsations caribéennes, arabesques mélodiques, les styles s’articulent parfaitement, grâce à la pertinence des arrangements. Le poète tunisien Aboul Kacem Chabbi (1909-1934) déclare, dans Hadari (aux tyrans du monde) : « Le torrent de sang bientôt t’emportera / Et les éclairs du tonnerre te brûleront à jamais ».

Le contraste entre la gravité de son propos et le reggae au chatoiement chaâbi qui porte le texte crée une intensité, un irrésistible roulis qui définitivement nous emporte.

Fara C.L'Humanité

17:06 Publié dans Musique, Sur Mosaik Radio | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : souad massi | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.