07/10/2014

UN AIR DE LIBERTE : LA WEB RADIO DE LA CGT DRANCY !

radiocgtdrancy.jpg

radiocgtdrancy1.jpgLa webradio de la CGT Drancy, lancée il y a deux ans, compte des auditeurs un peu partout dans le monde, pour un investissement plutot modeste au départ.

« Tout a commencé quand nous nous avons voulu dénoncer la précarisation des emplois municipaux et la manière dont étaient traités les agents. Le maire a alors fait de sorte de nous priver de nos moyens d'expression. J'avais entendu parler de Lorraine Coeur d'Acier, la radio libre crée par des mineurs CGT en 1979, alors je me suis dit, pourquoi ne pas nous en inspirer pour lancer une radio sur le web ? », raconte Henri Tamar, technicien du spectacle et secrétaire de l'union locale de Drancy.

Fin 2012, la première webradio CGT voit ainsi le jour. Développée sur Radinomy, une plateforme gratuite de création de radios en ligne (incluant les outils de programmation, la librairie musicale, les chiffres d'audience, les droits d'auteur), est passés le premier tâtonnement - « beaucoup de nos auditeurs trouvaient, par exemple, que nos interviews étaient trop longues », la radio a fini par trouver ses marques.

Organisée autour d'Henri et de six ou sept militants pour l'animer, elle affiche une moyenne de 1500 auditeurs par jour pour la France.

Traitant en premier lieu l'information syndicale, locale et nationale, la radio a pour ambition de donner la paroles aux salariés, « d'être la voix des sans voix ».

L'autre objectif est de faire connaître le syndicat et le syndicalisme « présentés souvent de manière caricaturale dans les médias traditionnels ». Enfin, jeter les ponts entre les générations, notamment vers les jeunes. De fait, la culture, en particulier la musique, la poésie et le chant, occupent une place de choix dans la programmation.

Jean-Philippe Joseph, pour la CGT ensemble

18:49 Publié dans Médias, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : radioweb drancy | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/09/2014

BIENVENUE A MEYRAS !

Copie de DSCI0003.JPG

Petites cités des Cévennes ardéchoise, à une quinzaine de kilomètres d'Aubenas, adossées au volcan de Souilhol, Meyras et Neyrac-les-bains ne sont séparées que de trois kilomètres par la voie romaine : la voie Domituis.

Meyras est un village médiéval où deux châteaux se font face : le château de Ventadour est un château fort du XII°, avec des éléments architecturaux de différentes époques. Après avoir été abandonné durant les guerres de religions et utilisé après la révolution française comme carrière de pierres, il est depuis 1969 en restauration. Le château de Hautségure est une petite forteresse du XVI° dominant la vallée de l'Ardèche, avec échauguettes (sentinelles), mâchicoulis (ouverture pour jeter des pierres et des matières brûlantes) et une tour avec escalier à vis.

En vous promenant dans le village vous apercevrez de belles bâtisses en pierres de taille, un pont romain et l'église romane St Etienne dont le clocher du XVI° possède quatre étages, des gargouilles, des contreforts, une tourelle et une récente toiture en tuiles vernissées et le portail gothique flamboyant en pierre volcanique. Traversez la Rue Grande, aux belles maisons de pierre d'époque renaissance, pour arriver sur l'ancien relais de muletier et son pigeonnier.
Vous découvrirez aussi, à travers les rues et ruelles, des scènes peintes en trompe l'œil retraçant la vie du village dans les années 20.

14:09 Publié dans Environnement, MA FRANCE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : meyras, ardèche, scènes | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/08/2014

EMBARGO RUSSE : LES APPRENTIS SOCIERS PRIS AU PIEGE

laterreembargo.jpeg

A force de multiplier les sanctions économiques contre la Russie à propos de la situation en Ukraine, l’Union européenne se voit frappée d’embargo sur les exportations agricoles de tous les pays membres pendant un an.

L’inquiétude a gagné de nombreux agriculteurs français et européens depuis la décision prise par la Russie de décréter un embargo sur les exportations européennes de produits agricoles. Jusqu’à présent environ 10% des exportations de produits agricoles des pays membres de l’Union européenne vers les pays tiers étaient achetés par la Russie. Il s’agissait notamment de fruits et légumes, de viandes, de produits laitiers, de vins et alcools. En 2013, les exportations françaises de produits agricoles en Russie ont atteint 1,7 milliard d’euros dont 540 millions d’euros en boissons alcoolisées.

Pression sur la Russie
Pour comprendre, les raisons de cet embargo décidé en août 2014 par Vladimir Poutine, il faut faire un peu d’histoire. Dès 2012, l’Union européenne avait tenu à négocier un accord de libre échange avec l’Ukraine, pays frontalier de la Russie et membre de l’URSS jusqu’à la chute de Gorbatchev. Alors que l’accord militaire connu sous le nom de « Pacte de Varsovie» a été dissous après la fin des Etats communistes d’Europe de l’Est, les structures de l’OTAN – que la France a réintégrées sous Sarkozy- ont été renforcées en y intégrant des pays comme la Pologne et les petits Etats baltes membres de l’Union européenne. Avec une volonté de mettre une pression permanente sur la Russie.
 
Soumis à des pressions contradictoires de la Russie et de l’Europe, l’ancien président ukrainien Victor Yanoukovich avait finalement refusé de ratifier l’accord d’association négocié avec Bruxelles en novembre 2013. Mais il fut contraint de quitter le pouvoir quelques semaines plus tard en raison des manifestations qui paralysèrent Kiev, la capitale ukrainienne pendant plusieurs semaines, tandis que les prorusses de Crimée faisaient sécession et décidaient de leur rattachement à la Russie par référendum.
 
Fin juin 2014, un nouvel accord de libre échange était signé par l’Europe, l’Ukraine du nouveau président Porochenco, la Moldavie et la Géorgie, deux autres pays de l’ancienne URSS. Entre temps, les pays membres de l’Union européenne avaient multiplié les sanctions économiques contre la Russie, en gelant des avoirs en Europe de certains hommes d’affaires russes proches du pouvoir, voire en mettant l’embargo sur certaines exportations européennes vers la Russie.
 
Dans ce contexte, l’embargo russe sur n n n les exportations agricoles et agroalimentaires de l’Union européenne n’est que la réponse du berger à la bergère. Soutenus par 85% de la population selon un sondage, Poutine a pris une mesure de rétorsion en se disant que les expéditeurs européens de pommes, de pêches, de poires, de tomates et de salades souffriraient davantage de ne pas vendre leurs produits périssables que le peuple russe d’en manquer. D’autant que certains de ces produits peuvent venir d’ailleurs.
 
5 à 10 % de retrait
En France, outre la perte de débouchés en fruits, produits laitiers, viandes, vins et spiritueux, on redoute surtout les conséquences sur les prix de marchés. Les arboriculteurs espagnols s’efforcent déjà de vendre en France, parfois de manière illégale, ce qu’ils ne vendent plus en Russie. Les producteurs de lait polonais et allemands tenteront de vendre dans les autres pays de l’Union les produits laitiers et les vaches de réforme qui ne seront plus vendus à la Russie.
 
Nos grandes surfaces, dirigées par des requins comme Michel-Edouard Leclerc, sont déjà à l’affût pour faire chuter les cours à la production. Dans une conversation téléphonique avec le président de la FNSEA, François Hollande aurait assuré son interlocuteur que des contacts étaient « en cours avec la Commission européenne pour que les conséquences directes et indirectes de cet embargo soient évaluées avec précision afin de prendre des mesures adaptées à la situation».
 
Le 11 août, le Commissaire Ciolos a indiqué que 5% à 10% des volumes de fruits et légumes européens pourraient être retirés des marchés prochainement pour soutenir les cours tandis que le gouvernement français a fait savoir qu’il allait accroître les contrôles pour combattre les exportations frauduleuses en France. Ce qui laisse penser que la situation des marchés va se dégrader.
 
La filière porcine française aurait déjà perdu 500 millions d’euros du seul fait de la faiblesse des cours depuis que les exportations européennes de viande porcine ne rentrent plus en Russie pour des raisons sanitaires après des cas de peste porcines constatés dans certains pays membres de l’Union. Ce précédent aurait du inciter les gouvernements européens et la Commission de Bruxelles à plus de retenue. Mais il semble que les intérêts des paysans comptent peu en Europe dès qu’il s’agit de punir la Russie de Poutine.
 
Dans La Terre n°3640 du 19 au 25 août 2014

- See more at: http://www.humanite.fr/embargo-russe-les-apprentis-sorcie...

20:18 Publié dans Actualités, Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la terre, agriculture, europe, russie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/07/2014

PALESTINIENS

femmepal.jpg

Enveloppés dans nos rêves
avec l’espoir pour seule protect...ion
nous cheminons sur la crête des nuages
dans l’entrelacs des danses et des chants
nous nous dirigeons vers Jérusalem la belle

Nos pérégrinations tracent la carte des continents
Rien ne nous fera renoncer à notre terre
Chaque oiseau un messager
Chaque olivier un arbre de famille

Sur chaque branche nous avons installé
nos campements
Ici le village natal l’école l’église et la mosquée
Haïfa enroulée autour de sa baie à l’arc parfait
Jaffa Hébron Jéricho Bethléem
Saint Jacques d’Arc les pieds léchés
par la Méditerranée
Naplouse et son écrin de collines
Gaza la glorieuse que tant de conquérants
barbares et arrogants
entreprirent en vain d’asservir
au long des siècles

Suppliciés persécutés exilés
un destin partagé dont le noyau est de feu
alimenté par ce cri immense

 
PALESTINIENS par Olivia ELIAS. Peinture de Nabil Anani, peintre palestinien