Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2014

BEA, TRENTE AN APRES !

beatristan2-retaille.jpgAprès une carrière fulgurante débutée à 16 ans cette auteur compositeur interprète prodige a quitté le métier à l'apogée de son succès à 20 ans. Plus de trente ans plus tard, l'inspiration, de retour ramène sur scène et sur disques l'artiste prodigue.

Après avoir été découverte par Bruno Coquatrix à 16 ans, chanté en première partie de Charles Aznavour à 17 et être partie faire une tournée internationale avec Félix Leclerc dans la foulée, enregistré deux albums, Béa Tristan, malgré un succès jamais démenti et une reconnaissance unanime, mettra un terme à sa fulgurante carrière à 20 ans.

bea.jpgEstimant qu'elle n'avait "plus rien à dire", la jeune auteur compositeur interprète prend le large durant une trentaine d'années. Enfant prodige devenue artiste prodigue, elle renoue avec le public et la scène au milieu des années 2000 avec de nouvelles chansons qui constitueront en 2008 l'album Les Palissandres, suivi en 2011 avec d'un nouvel opus, Mr Mécano.

En pleine lumière, alors qu'elle est connue et reconnue, Béa Tristan décide de quitter le métier. Sa décision est sans appel... Pas question de se forcer. En quittant le feux des projecteurs, cette amoureuse de la nature et des grands espaces qui ne craint pas les bêtes sauvages... « découvre le soleil »

Après trois décennies d'une autre vie, les textes lui reviennent à la plume et l'appel de la scène se fait sentir. Béa Tristan nous raconte les circonstances de son retour dans le monde de la musique. 
 
beatristan_0.jpgCe qui frappe en écoutant cette femme au regard clair c'est sa détermination. Mais au delà de tout volontarisme, il s'agit plutôt d'une forme de certitude absolue d'être là où l'on doit être et de faire ce que l'on doit faire. Avec intensité ! D'où cette impression de force qui a toujours permis à cette passionnée de moteurs et de mécanique de suivre sa propre route.

Extrêmement exigeante et précise dans son travail de composition et d'écriture, cette fille qui roule à plus de cent sait, comme si sa vie, toujours, en dépendait, qu'il faut viser juste et ne pas se perdre en détours !

A la fois inebranlable et particulièrement perméable aux émotion, aux sensations... Béa Tristan donne l'impression d'avoir une consciences aigue de l'extrême richesse de ce qui l'entoure. C'est d'ailleurs, à peu près, sa définition d'un(e) artiste. 
 
Eugénie Barbezat, l'Humanité
 
Retrouvez aussi Béa Tristan sur notre radio Mosaik Radio
 

11:54 Publié dans Musique, Société, Vidéo Dailymotion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bea tristan, chanteuse | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook

17/12/2014

LES ECOUTER SUR MOSAIK RADIO

Shakira.jpg

SHAKIRA

Shakira Isabel Mebarak Ripoll, née le 2 février 1977 à Barranquilla en Colombie, est une auteur-compositeur-interprète colombienne.

 

Née à Barranquilla (Colombie), ville portuaire située au bord de la mer des Caraïbes d'une mère colombienne Nidia del Carmen Ripoll Torrado, et d'un père d'origine catholique libanaise né à New York, William Mebarak Chadid. Son prénom (شاكِرة) signifie en arabe « pleine de grâce ».

 

Ses frères et sœurs, issus d'un précédent mariage de son père, sont : Lucia, Alberto, Moises, Tonino (le plus proche de Shakira et travaille pour elle), Antonio et Edouardo.

 

QUEEN

queen.pngQueen est un groupe de rock anglais, formé en 1970.

Il se compose de Freddie Mercury (chant, piano), Brian May (guitare), Roger Taylor (batterie) et John Deacon (basse). Queen naît de la rencontre, dans l’Angleterre en effervescence musicale des années 60, de deux grands artistes en devenir: Brian May et Roger Taylor.

Le premier commence la guitare à sept ans et devient rapidement un musicien talentueux et hors normes. Son instrument: une « Red Special » entièrement conçue avec l’aide de son père ingénieur électronique, et qui l’accompagne encore de nos jours.

CHARLES AZNAVOUR

aznavour.jpgCe fils d'immigrés arméniens est arrivé en haut de l'affiche à force de volonté. "Je m'voyais déjà" chantait-il en 1960.

Il aura mis vingt ans pour gravir une à une les marches du succès. Depuis Aznavour est devenu le chantre de la chanson romantique à travers le monde.

Aujourd'hui, à 85 ans, il est un des classiques de la chanson française voire internationale. Il est né à Paris, par hasard, le 22 mai 1924.

09/12/2014

Souchon, Voulzy à quatre mains et deux voix magiques

souchon,vouzly

 « Les révolutions sont faites par les gens qui n’ont rien. Ce sont eux qui font avancer le monde »

Souchon, Voulzy à quatre mains et deux voix magiques. Cela fait des années qu’ils écrivent ensemble mais jamais ils n’avaient enregistré de disque commun. Ils sortent aujourd’hui un magnifique premier album aux influences britpop. Un petit bijou à écouter en boucle qui couronne quarante ans d’amitié entre les deux chanteurs.

C’est une nouvelle aventure dans leur carrière respective. Si Alain Souchon et Laurent Voulzy ont souvent composé et écrit l’un pour l’autre, jamais ils n’avaient enregistré de disque commun. C’est chose faite avec ce premier album écrit à quatre mains et chanté à deux voix qui vient couronner quarante ans d’amitié et de chansons à succès. Un disque aux ambiances britpop teinté de musiques médiévales ou celtes d’une incroyable beauté, très addictif. À écouter en boucle pour se consoler des malheurs du monde.

Vous n’aviez jamais sorti d’album commun. Pourquoi avoir attendu si longtemps ?

ALAIN SOUCHON On n’a pas attendu. On a chacun notre vie artistique différente. Laurent chante ses chansons dans un certain contexte, moi dans un autre. Comme on va souvent à la campagne, dans les églises ou sous les ponts où ça résonne, on s’arrête et on chantonne pour le plaisir. L’air vibre d’une certaine manière et ça nous plaît beaucoup. Un jour, Laurent a dit : « Et si on faisait un disque chanté ensemble ? »

C’est difficile d’écrire à quatre mains ?

ALAIN SOUCHON Musicalement, tout ce que fait Laurent me plaît. Donc, le choix musical a été assez facile. Par contre, pour les paroles, c’est quand même un peu le reflet de l’âme de quelqu’un. On a des personnalités, des préoccupations différentes dans la vie. Il fallait que cela nous convienne à tous les deux sans que ce soit fade.

Quand on vous écoute chanter, on sent 
une harmonie et une parfaite osmose entre vous. Vous n’avez jamais de visions contradictoires ?

LAURENT VOULZY Ce n’est pas une question d’avis, mais de ressenti, de goût artistique. C’est l’image du verre à moitié vide et à moitié plein. Alain a une vision du monde un peu désespérée. Moi, je trouve que le monde est parfois désespérant, mais j’ai un peu plus d’espoir. On a trouvé une façon de le dire et surtout des sujets sur lesquels on est « étale », à l’aise, comme avec la chanson Consuelo ou Bad Boys par exemple…

Laurent, sauriez-vous dire ce que vous aimez chez Alain  ?

LAURENT VOULZY Sa façon de voir les choses. Je suis lent en tout, non seulement lorsque je cherche à composer, mais je suis lent dans la vie. Alain, lui, est extrêmement rapide, cela m’oblige à me bouger. Il m’a appris beaucoup sur les choses simples, l’esthétique. Il y a peu de gens qui s’arrêtent devant un mur de pierres en Bretagne, qui disent « regarde, comment ils ont construit tout ça, tu te rends compte, des murs en pierres sèches ! ». Il a été un accélérateur pour moi. Et, depuis quarante ans qu’on écrit ensemble, je trouve que son écriture est bluffante.

Et vous, Alain, qu’aimez-vous de Laurent  ?

ALAIN SOUCHON J’étais très moyen musicalement et j’ai été ébloui par sa culture musicale, sa façon de faire de la musique, de créer des airs, des suites harmoniques raffinées. Ça m’a toujours impressionné et beaucoup apporté. Grâce à ma rencontre avec lui, ma vie a changé. Je faisais des chansons qui n’intéressaient personne et dès que j’en ai écrit une avec lui, J’ai 10 ans, on a eu beaucoup de succès. On a fait J’suis bidon, c’était pareil. Après, on fait Rockollection pour Laurent, et les filles ont commencé à hurler après lui (rires). J’ai toujours admiré le créateur, le musicien et l’homme dans la vie. Laurent est tellement bienveillant et agréable à vivre.

L’album mêle différentes ambiances, chanson, pop anglaise, musiques médiévales, celtes… Votre palette musicale est très large !

LAURENT VOULZY J’ai été influencé par tout ce que j’ai entendu dans ma vie. Je rentre toutes les musiques dans mon panier de cuisinier, avec de plus en plus d’ingrédients. La pop anglaise m’a marqué, la musique brésilienne quand j’apprenais la guitare m’a marqué et plus tard la musique médiévale et la musique celtique. La musique antillaise de la Guadeloupe a été la première que j’ai entendue. J’ai tout ça en moi avec en plus la chanson française que j’écoutais petit, sur Radio Luxembourg. André Claveau, Charles Aznavour… Tout cela est dans tous mes disques. Par exemple, la chanson les Fleurs du bal est extrêmement celtique en même temps avec des influences de Mark Knopfler. Un autre morceau va être beaucoup plus british pop « beatlesien ». Dans Oui, mais, quand on a orchestré, j’ai mis une guitare douze cordes, d’un seul coup, ça nous a rappelé l’ambiance de Lady Jane. Parfois la musique est inspirée par le XIIIe, XIXe siècle, comme sur le texte d’On était beau. C’est un mélange de tout.

Dans Derrière nos voix, vous chantez « est-ce que l’on voit nos cœurs et les tourments à l’intérieur » … C’est important, quand est artiste, de savoir comment les gens 
entrevoient réellement les sentiments derrière les mélodies ?

ALAIN SOUCHON Bien sûr que c’est important ! Est-ce qu’on voit ce qu’on veut dire vraiment dans nos chansons, que c’est plus profond qu’on ne croit ? Est-ce qu’on fait bien notre travail ? Les êtres humains ne se comprennent pas, c’est pour ça qu’ils se battent tout le temps. Ils ont une apparence et il y a le reste derrière, qui est souvent bouleversant.

Il peut y avoir aussi des envies de refaire le monde…

ALAIN SOUCHON C’est ce qu’on dit dans la chanson : « On était beau, on avait des idéaux. » On avait envie de refaire le monde à partir du moment où les Rolling Stones sont arrivés avec le rock, ils avaient envie de montrer à la bourgeoisie dominante : « Vous voyez, on s’habille comme des pirates, et on dit aux filles “venez baiser avec nous !” » (rires). C’était la révolution qui a amené petit à petit à 1968, au mouvement hippie, ce désir que le monde bascule, change. Qu’il y ait plus de liberté, d’amour, de sexe, de gentillesse.

Quelle lecture faites-vous de l’Oiseau malin où vous chantez « prenez garde à ceux qui n’ont rien, à ceux qu’on laisse au bord du chemin » .

ALAIN SOUCHON Les révolutions sont faites par les gens qui n’ont rien. Ce sont eux qui font que le monde avance, qu’il y a des lois sociales. Les nantis qui vont bien, ils n’ont pas envie que ça change. Les gens qui n’ont rien sont extrêmement importants. Il faut les prendre en compte. Je ne veux donner de leçon à personne, je ne sais pas comment résoudre les problèmes, mais je vois bien que ça ne va pas, qu’il y a des tas de zones d’ombre dans nos sociétés et que c’est difficile à vivre pour certains. LAURENT VOULZY J’écoute avec attention ce que dit Alain. Mais dans ce « prenez garde à ceux qui n’ont rien », on pourrait presque entendre « ça va péter », comme une révolte sourde qui peut exploser.

Ca fait quoi d’être comparés à Lennon- McCartney ou Simon and Garfunkel ?

ALAIN SOUCHON Vous nous comparez à des géants alors que nous ne sommes que des lilliputiens puisqu’on est français. Ce sont des gens qui ont inondé la planète avec leur musique. J’ai été influencé bien sûr par la musique anglo-saxonne. Mais au départ les chansons françaises m’ont bouleversé, de Gainsbourg, Brassens. Je trouvais même que c’était supérieur à la musique anglo-saxonne qui était belle et donnait souvent envie de bouger. S’il n’y a pas de paroles, je m’ennuie. Il faut que je comprenne. Je me disais quand même avec une chanson comme Locomotive d’or, de Nougaro, ils peuvent s’accrocher, les mecs ! LAURENT VOULZY Moi, Penny Lane me donne plus d’émotion. Chez les artistes qu’Alain a cités, la musique est toujours magnifique. Il n’y a pas de grande chanson française s’il n’y a pas une musique formidable comme avec Charles Trénet, Brassens, Léo Ferré, Guy Béart. Sinon, c’est de la poésie…

Entretien réalisé par Victor Hache- See more at: http://www.humanite.fr/alain-souchon-les-revolutions-sont-faites-par-les-gens-qui-nont-rien-ce-sont-eux-qui-font-avancer-le#sthash.fqH8oSKM.dpuf

Vous pouvez retrouver Alain Souchon et Laurent Voulzy sur Mosaik Radio

19:22 Publié dans Actualités, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : souchon, vouzly | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook

02/11/2014

Picasso, colombes aux lauriers.....

picasso,muséee,ferrat

«Toute ma vie a été une lutte contre la réaction et la mort de l’art.»

« Le style, c’est la mort », proclamait Picasso. Et le peintre s’est acharné à réinventer la peinture, à ouvrir de nouveaux chemins à la sensibilité et à la connaissance, à émanciper de la reproduction illusoire du réel. Une révolution permanente qui dialogue avec toute l’histoire de la peinture, des premiers âges rupestres aux tableaux du Titien, de Vélasquez ou de Goya, en passant par les masques africains et les totems océaniens ou ses compagnonnages rivaux avec Braque et Matisse.

Jamais il n’a cédé à la tentation de répéter ce qu’il savait faire, embrassant au plus large et n’échouant jamais, cherchant et trouvant dans plusieurs voies différentes en une même période. Mesure-t-on à quel point il a enrichi nos perceptions du monde et nos imaginaires ?

picasso11.jpgLa modernité de Picasso est là, dans ce qui vibre du monde en lui, dans la création conçue comme une arme de précision, comme un levier qui fait chuter les apparences. Le peintre a toujours empoigné les convulsions du monde.

Et de petits esprits peuvent bien tenter de retoucher la photo, ils ne parviendront pas à gommer son engagement communiste, son combat contre toutes les oppressions, y compris et d’abord celles qui réduisent l’art à la décoration. « Viendra un temps, prophétisait-il, où celles et ceux qui sont privés de monde cesseront de rêver d’ailleurs et voudront, à nouveau ou enfin, l’habiter », et il déclarait – tant pis pour ceux que l’art insupporte place Vendôme… – : « Toute ma vie a été une lutte contre la réaction et la mort de l’art. »

À son talent mozartien – précoce, jaillissant – s’ajoute une ambition prométhéenne, détruire et reconstruire, rompre avec la tradition picturale et relier les fils de l’histoire de l’art, scander enfin le pas des hommes. « Un tableau ne vit que par celui qui le regarde », estimait-il. L’exposition qui inaugure le musée de l’hôtel Salé rénové donne la chance au plus grand nombre de parcourir la galaxie Picasso, avec son flot de lumières et ses ombres. Bon voyage.

 

11:00 Publié dans Actualités, Musique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : picasso, muséee, ferrat | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook